Nationalité Polonaise

ATTENTION !
texte traduit automatiquement de la version anglaise

La population de l'ancienne partition russe

Pour obtenir la citoyenneté polonaise après avoir recouvré son indépendance par la IIe République de Pologne, la population devait démontrer qu'elle résidait sur le territoire de l'ancien Tzardom de Russie, ce qui, après la première guerre mondiale et la guerre entre la Pologne et l'Union soviétique de 1920 , a été donné à la Pologne. Le fait de résider ne doit toutefois pas être compris comme une résidence réelle et de longue durée sur un territoire donné, mais comme un type de relation de droit public liant un individu à un territoire donné.

L’idée de s’établir vis-à-vis des habitants de l’ancienne partition russe a été clarifiée de manière différente selon la partie de la partition dont ces personnes étaient originaires - le royaume polonais ou la partie restante dudit territoire. Dans les deux cas, les motifs d’acquisition de la citoyenneté polonaise ex lege étaient définis à l’article 2, paragraphe 1, de la loi de 1920 sur la citoyenneté de l’État polonais.

En ce qui concerne le royaume polonais, un colon, au sens de l'acte précité, et donc citoyen polonais ex lege, s'entend de toute personne enregistrée ou qui, pendant l'existence du royaume polonais, avait le droit de l'être , dans le registre des résidents permanents du Royaume de Pologne. Cependant, dans le cas des résidents des territoires restants de la partition russe, pour acquérir la citoyenneté polonaise ex lege, ils devaient être enregistrés auprès de la commune ou de l'une des organisations de l'État situées sur le territoire de la mains de la 2e République de Pologne. Le "règlement" devait être prouvé à compter de la date de promulgation de ladite loi, à savoir le 31 janvier 1920. L’acquisition de la citoyenneté polonaise, selon la nouvelle loi, ne dépendait pas du fait de savoir si une personne résidait réellement sur le territoire polonais.

Le fait de s'inscrire sur les registres des résidents permanents du Royaume de Pologne devait être décidé conformément aux dispositions en vigueur pendant l'existence du Royaume. D'un point de vue juridique, la question de la tenue des registres des résidents permanents dans le royaume de Pologne était régie par:

  • - Instruction sur la tenue et la tenue des registres de l'état civil dans les municipalités et les communes du Royaume de Pologne, entérinée par décision du Conseil d'administration du 10/22 novembre 1861.
  • - Instruction sur la tenue et la tenue des registres de l'état civil de la capitale, Varsovie, entérinée par décision du Conseil d'administration du 11/23 février 1866.
  • - ordonnance du 8 juillet 1868 sur la procédure de réinstallation du royaume russe au royaume de Pologne - introduit de légères modifications par rapport aux deux instructions susmentionnées.

En revanche, l'enregistrement dans une municipalité ou une collectivité ou une organisation de l'État sur le territoire du tsadom russe, qui, après la première guerre mondiale, est tombé entre les mains de l'État polonais, devait être analysé conformément aux lois en vigueur. du Tzardom. Les lois ne reconnaissent aucun enregistrement spécial dans une municipalité ou une commune en tant qu'unité de gouvernement local, et l'expression utilisée dans la loi sur la citoyenneté de l'État polonais "enregistrée dans une municipalité ou une commune" désignait toute personne enregistrée comme habitant des zones municipales ou rurales. Outre les deux catégories mentionnées ci-dessus, il y avait deux autres groupes sociaux dans la Tzardomno - la noblesse et le clergé. Le clergé, cependant,

n’ayant aucune organisation locale, l’appartenance au clergé ne pouvait donc être un motif d’acquisition de la citoyenneté polonaise.

Les fondements juridiques de l'appartenance à l'un des États étaient les suivants:

  • - Loi sur les couches sociales dans le Tzardom russe (recueil de lois, v. 9)
  • - Acte industriel pour le tsarisme russe (recueil de lois, v. 9)
  • - Loi sur les passeports (recueil de lois, v. 14)

Conformément aux actes susmentionnés, la noblesse russe a été divisée en 6 groupes: nobles, militaires, fonctionnaires d'un certain rang, intitulés noblesse et familles nobles existantes et étrangères. Les citadins dont le nom général est bulgare sont inclus: citoyens d'honneur, marchands, citadins, manufacturiers ou membres d'une guilde, et ruraux - propriétaires terriens